Bookcreator un outil qui permet de travailler la compréhension autrement
Article mis en ligne le 18 juin 2020

par Collectif Maîtrise de la langue

Pour ce travail, nous nous sommes appuyés sur diverses ressources, nous souhaitons donc remercier :






Vous trouverez dans cet article 3 livrets numériques autour de l’histoire "Les souris à l’envers" de Roald Dahl.
Ils ont été créés pour des élèves de fin de cycle 2, début de cycle 3 et ont été utilisés par deux classe de CE2/CM1 et CM1/CM2 et pourraient être adaptés à des élèves de CE1.
Ils sont le résultat d’une collaboration entre PE-CPC-CPD.
La démarche de conception et les références théoriques sont détaillées plus bas.

L’article s’enrichit de semaine en semaine.
N’hésitez à revenir régulièrement découvrir les documents de travail des enseignantes (Visibiléo) et des traces des élèves utilisant le bookcreator.




Attention, ces livrets numériques ne sont pas des modèles ! Ils peuvent vous donner envie de créer votre propre bookcreator (ou pas). Si vous avez envie de vous lancer, ne réinventez pas tout, demandez le code, et il vous suffira de modifier ce que vous souhaitez.
Pour comprendre la démarche de conception qui sous-tend la création de ces 3 livrets numériques, nous vous conseillons la lecture ci-dessous.
Vous y trouverez des références sur :
• la lecture pas à pas
• narramus
• Visibiléo
 

Sommaire
Cliquez sur le lien qui vous intéresse




La démarche de conception




Quand la conception de cet outil répond à un besoin du terrain :
A la demande d’une enseignante qui se demandait comment poursuivre l’enseignement de la compréhension pendant le confinement, le groupe maitrise de la langue s’est appuyé sur la programmation de l’enseignante "Les souris à l’envers" de Roald Dahl, texte issu de la méthode lector/lectrix en y intégrant les démarches de Narramus et de la lecture pas à pas.




Quand la conception de cet outil repose sur les résultats de la recherche LireEcrire CP dans le domaine de la compréhension à propos :




- des pratiques ordinaires des enseignants
La recherche LireEcrire étudiant les effets des pratiques d’enseignement au CP sur les résultats des élèves pointe une très grande hétérogénéité des pratiques d’enseignement de la compréhension. Elle constate que :
• peu de temps est accordé à l’enseignement de la compréhension en moyenne (16% du temps du lire-écrire).
• peu de temps est accordé aux pratiques qui visent l’élaboration du sens et de l’interprétation
• les tâches, données aux élèves, sont le plus souvent des tâches écrites et individuelles.




- de l’influence des pratiques sur les résultats des élèves :
• accroître le temps d’enseignement de la compréhension fait progresser les élèves les plus faibles.
• l’augmentation des tâches d’élucidation du sens (débattre, expliquer, faire un rappel, etc…) fait progresser les élèves les plus faibles ou intermédiaires.
• les tâches écrites et solitaires ne font pas progresser les élèves. Or ce sont les plus nombreuses dans les pratiques de classes. Pour lire la suite, c’est ici sur le site du Centre Alain-Savary




Quand la conception de cet outil repose sur la collaboration PE/CPC/CPD.
La demande émanant d’une enseignante, pendant la période de confinement, a permis une collaboration tout-à-fait intéressante sur la conception de l’outil.
Mis à l’épreuve dans une classe de CE2/CM1, puis CM1/CM2, l’outil a été amené à évoluer avec le retour à l’école pour certains et le respect du protocole sanitaire. Les différents temps de co-construction sont détaillés plus bas.




Quand la conception de cet outil s’appuie sur un scénario pédagogique pensé par des chercheurs et formateurs.
A l’issue de la recherche Lire-Ecrire, le centre Alain-Savary a coordonné un travail collaboratif réunissant chercheurs et formateurs (IEN, CPC) pour concevoir des ressources utilisables par des formateurs et des enseignants.
C’est dans ce cadre que la démarche de "lecture pas à pas" a été élaborée.


La lecture pas à pas




Qu’est-ce que la lecture pas à pas ?




La lecture pas à pas est un canevas d’enseignement réorganisé par Marie-France Bishop et l’équipe de formateurs de Cergy qui repose sur de nombreux travaux didactiques et pédagogiques :
• la lecture prospective (Béguin,1982) où il s’agit de présenter à la classe le récit par fragments
• la lecture par dévoilement progressif (Tauveron, 2002) où le texte est découpé stratégiquement par l’enseignant
• une activité de formation pour enseignants reposant sur le principe de la lecture fragmentaire et retardée (Ronveaux et Racine, 2015)




Nourri de ces différents travaux, le groupe de Cergy a conçu le canevas "lecture pas à pas" a mis en pratique en formation et testé dans les classes.




Dans l’article : Aider à comprendre : deux canevas d’enseignement de la compréhension au cycle 2 accessible en ligne ou en pièce jointe à l’article, Marie-France Bishop, membre du collectif de Cergy et professeure sciences de l’éducation en didactique du français à l’université de Cergy Pontoise explique la démarche et précise : " Le canevas élaboré s’est révélé extrêmement propice à l’accompagnement de la compréhension telle qu’elle a été décrite précédemment"




La lecture pas à pas permet aux enseignants d’accompagner leurs élèves "pas à pas" dans la compréhension fine d’un texte en leur permettant d’anticiper, de résoudre des inférences et de clarifier certains passages en élucidant le sens.




En accompagnant "pas à pas" la compréhension d’un texte, l’enseignant prendra soin d’étudier en amont le texte avec un questionnement identique à chaque texte :
• Quel est le passage qui devra nécessiter une élucidation du sens pour les élèves que j’ai en face de moi ?
• A quel endroit précis, je fais arrêter la lecture ? Avec quelle intention ? Pour un besoin de clarification, d’anticipation ou d’élucidation du sens ?
• Quelle question précise va accompagner mon arrêt ?




La démarche :
• Le texte est découpé en fonction des nœuds de compréhension, pensé par l’enseignant
• L’enseignant, à chaque arrêt, ne pose qu’une seule question inférentielle.
• Les élèves émettent des hypothèses, donnent leur point de vue, mais l’enseignant ne valide pas les réponses.




Trois types de questions inférentielles peuvent être posées pour faire des liens tout au long de la lecture :
• Des questions de rétrospection (Que s’est-il passé ? Pourquoi cela s’est-il passé ?)
• Des questions de clarification (Qui était le personnage ?)
• Des questions d’anticipation (Que va-t-il se passer ?)




Un exemple en pièce jointe, sur le script "Les souris à l’envers" repris dans le bookcreator. Merci à Sophie Ngô-Maï PESPE Nice et Nathalie Leblanc CPD Maitrise de la Langue pour ce travail de lecture pas à pas.
Vous y trouverez des arrêts dans le texte, préalablement pensés, et les questions à poser aux élèves.




Des exemples de pratiques de classe de lecture pas à pas sur le site du centre Alain Savary
Pour comprendre et reprendre la démarche, lire l’article de MF Bishop "Aider à comprendre : deux canevas d’enseignement de la compréhension au cycle2"




Cet outil essaie de s’inspirer de Narramus




Avec Narramus, les enfants sont amenés à développer des compétences précises qui leur permettent de comprendre l’histoire et de la raconter :
• les compétences narratives en réception
• les compétences narratives en production
• les compétences lexicales et syntaxiques
• les compétences inférentielles
o les intentions des personnages
o leurs buts
o leurs raisons d’agir qui les poussent à faire ce qu’ils font.




Ce que l’outil reprend de la démarche Narramus :
• certains des logos
• une partie de la démarche d’enseignement du lexique en réalisant une première partie du livre par la découverte du lexique en image et en mots.
• la connaissance du monde, en intégrant dans le livre des pages scientifiques avec des liens permettant de mieux comprendre le monde.
• les compétences inférentielles (en lien avec la lecture pas à pas)
• les compétences narratives en réception grâce à un bouton haut parleur qui permet d’écouter l’histoire racontée par l’adulte
• les compétences narratives en production seront à adapter pour que les élèves puissent s’enregistrer.




Pour en savoir plus sur Narramus
Pour voir des séances en classe, sur le site Objectif maternelle




Un outil : Bookcreator




Parti pris sur l’outil numérique utilisé : Bookcreator
Bookcreator est un outil facile à créer. Il présente l’avantage de pouvoir insérer du son, des vidéos, des images et du texte et permet donc différentes différenciations possibles. Pour les utilisateurs, il peut se lire sur tablettes, téléphones portables et ordinateurs. Le RDRI en parle ici.
Un tuto est disponible ici




Bookcreator des "Souris à l’envers"N.1







Six temps pour la conception des trois bookcréators
Vous trouverez ci-dessous, la réflexion de chacun de ces temps, les outils numériques utilisés et le résultat, fruit de la collaboration.
Nous souhaitons remercier chaleureusement Elodie P. et Magali RH de la circonscription de Lyon 8/2 qui ont accepté de partager leur travail.




Retour sur le temps de co-conception




TEMPS 1 : conception du livret numérique par les formatrices
La demande institutionnelle imposait aux enseignants une continuité pédagogique en distanciel. Après avoir pris en compte la demande de l’enseignante d’adapter lector/lectrix en mode distanciel, les formatrices ont conçu alors un livret numérique intégrant la démarche de l’enseignante à "la lecture pas à pas", un scénario pédagogique conçu entre chercheurs et formateurs suite à la recherche LireEcrire.




De multiples questions se posaient pour les conceptrices :
• Avaient-elles bien compris la demande de l’enseignante ?
• Cette modalité d’enseignement à travers le livret numérique était-elle acceptable pour l’enseignante ?
• Cet outil numérique allait-il répondre aux besoins de l’enseignante ? Lui était-il utile ?
• Cet outil numérique était-il facilement utilisable et exploitable pour l’enseignante ?
• Et qu’en était-il des élèves ? Tous les élèves auront-ils les supports nécessaires pour lire le livret numérique ? Seront-ils TOUS en capacité de l’utiliser ?




Quelques jours plus tard, l’enseignante recevait le livret numérique pour l’observer, le prendre en main, l’essayer et se projeter avec ses élèves.




TEMPS 2 : La présentation de la démarche à travers l’outil
Un temps "en visio" a été organisé entre l’enseignante et les 2 formatrices pour recueillir l’avis de l’enseignante et lui présenter la démarche.




L’avis de l’enseignante :
• La lecture sur le téléphone permet de ne laisser aucun élève de côté contrairement à l’ordinateur
• facile d’utilisation pour les élèves
• facile d’appropriation pour l’enseignante
• intérêt pour l’outil et pour la démarche qui suscite des étonnements sur le vocabulaire en amont de la lecture, sur les questions au fil du texte et sur l’apport des connaissances du monde.




L’enseignante, intéressée par l’outil et la démarche a donc souhaité s’associer aux formatrices pour concevoir la 2ème partie du livret numérique correspondant à la 2ème partie du texte "Les souris à l’envers".
Une répartition des tâches et des rôles de chacune s’est avérée efficace pour produire le deuxième livret dans le temps imparti.





TEMPS 3 : L’enseignante s’associe aux formatrices pour la
conception du 2ème livret numérique
La co-conception a permis d’avoir directement accès aux besoins de l’enseignante.
Très vite, il a fallu penser aux familles qui allaient devoir accompagner leurs enfants avec cet outil. L’enseignante a donc réalisé un guide numérique regroupant des consignes à donner aux familles et aux élèves.
S’est engagée une réflexion sur les régulations PE/élèves et sous quelles formes ? Par courriel ? par téléphone ? En visio ? En créant des activités interactives ? L’enseignante a alors fait le choix de réaliser des activités interactives numériques.




Partage le Bookcreator N.2








Le rappel de récit qui permet aux élèves d’apprendre à raconter pour apprendre à comprendre est permis grâce à l’outil la Quizinière.




Il permet aux élèves de s’enregistrer sur une plateforme en entrant un code envoyé par l’enseignante et permet à l’enseignante de recueillir tous les enregistrements réalisés par les élèves.
D’autres activités interactives sont créées avec l’outil learningapps (mots fléchés, mots croisés...) intéressant pour la mémorisation du vocabulaire.




TEMPS 4 : Le groupe de co-conception s’agrandit : une deuxième enseignante s’associe au projet
Un temps d’échange entre les différents membres du groupe a été organisé autour de la démarche, de l’utilisation effectuée par la première enseignante et du retour des élèves...
Un mémo a été créé de façon à garder en mémoire ce que nous travaillons et pourquoi.





La seconde enseignante a très vite pris part à ce projet et l’engagement du groupe a permis la conception du 3ème livret numérique correspondant à la 3ème partie du texte, que vous trouverez ci-dessous.




Bookcréator N.3








TEMPS 5 : La compréhension de la ruse
Un dernier temps d’échange entre les membres du groupe a été organisé pour travailler la question délicate de la ruse à la fin de l’histoire. Les élèves allaient-ils comprendre la ruse ?
L’objectif des deux enseignantes allait être d’accompagner leurs élèves dans la compréhension de la ruse.
L’objectif des formatrices était de guider les deux enseignantes dans ce processus de compréhension chez les élèves. C’est à travers les intentions des personnages, leurs buts et leurs raisons d’agir que le groupe de conceptrices allait accompagner la compréhension de la ruse.




Pour corser la tâche, les conditions d’enseignement étaient en train de changer. Les enseignantes devaient maintenant enseigner en classe, en présence de leurs élèves, par petit groupe ET en respectant le protocole sanitaire.
Mais les conditions d’exercice, entre les deux enseignantes, n’étaient pas identiques. L’une pouvait accueillir les mêmes groupes deux jours/deux jours avec TBI, webcam et une majorité d’élèves en présentiel. Tandis que la seconde n’avait que trois élèves présents en classe, sans TBI et sans webcam.
Il a donc fallu penser aux modalités possibles pour l’une et pour l’autre de façon à garantir l’objectif de la séance : faire comprendre les intentions et les raisons d’agir des personnages qui les poussent à faire ce qu’ils font.




TEMPS 6 : De "la lecture pas à pas" au "Visibiléo" en passant par la difficulté de l’articulation présentiel/ distanciel et respect du protocole sanitaire
Une double exigence :
• Accompagner tous les élèves, en mode présentiel ou distanciel, en respectant le protocole sanitaire.
• Accompagner tous les élèves à comprendre la ruse en faisant comprendre les intentions des personnages

Les enseignantes se sont alors demandé sur quels temps elles allaient proposer cette séance :
• en distanciel ou en présentiel ?
"si je la réalise en présentiel, comment je fais, si j’ai la majorité des élèves qui ne reviennent pas en classe ?"
•" si je la réalise en distanciel, comment je fais pour réguler, pour interagir directement avec mes dix élèves ?"

Après avoir débattu, elles ont finalement décidé de réaliser la séance en présentiel. Cela permettait de répondre à leur besoin de faire classe avec des élèves (en classe), de pouvoir réguler, réajuster et faire des feedbacks immédiats.
Puis la question de la modalité pédagogique est arrivée :
• "si je garde la séance en présentiel, comment j’organise ma classe pour respecter le protocole sanitaire ? en petits groupes ? en collectif ? en individuel ?"
•"S’il n’y avait pas cette situation compliquée, j’aurais fait en petits groupes, parce que j’ai l’habitude de faire en petits groupe, mais là..."
• "moi je n’en ai que trois, ce sont les plus fragiles, je pense que je vais le faire en collectif (à 3)"

Pour accompagner les enseignantes, à rendre visible les intentions des personnages, les formatrices se sont alors appuyées sur leur expérience de formation sur le Visibiléo à l’IFE-ENS Lyon.
Le visibiléo est le second outil d’enseignement de la compréhension élaboré par MF Bishop et l’équipe de Cergy.

Il s’agit de la construction d’une trace collective, élaborée avec les élèves qui rend visible les implicites du texte, les liens logiques, les intentions des personnages...
Un travail sur le visibiléo "Des souris à l’envers" a donc été amorcé dans le groupe.

Les conditions d’exercice des enseignantes étant différentes, elles ont choisi les modalités suivantes pour la construction du visibiléo :
• l’une a choisi de le réaliser en classe avec ses 3 élèves. N’ayant ni TBI, ni webcam, elle pense filmer la séance avec son téléphone portable pour pouvoir revenir sur l’activité des élèves a postériori et ainsi les faire verbaliser. Elle rappelle que les élèves présents en classe, sont les plus fragiles. Elle pense ensuite envoyer la vidéo de la séance avec la verbalisation des élèves aux élèves restés à domicile.
• l’autre a choisi de réaliser cette séance en présentiel, avec les elèves en classe, en collectif. Avec le TBI, elle pense utiliser l’application Workspace pour réaliser le "visibiléo", en désinfectant le stylet à chaque manipulation des élèves. Pour rester en lien avec l’autre groupe en distanciel, elle brancherait la webcam et réaliserait la séance en simultanée en faisant verbaliser les élèves en distanciel et en présentiel.

Ces visibiléos sont un moyen de garder la trace de la compréhension du texte, utile pour la mémoire de la classe, surtout quand le groupe classe est scindé. Ils permettent aussi de rendre visibles les processus de compréhension.


Pour en savoir plus sur les Visibiléos.
Pour voir des vidéos de pratiques de classes sur les visibiléos, sur le site du Centreè-Alain Savary


Le visibiléo de la classe de Magali

En conclusion




En conclusion, nous réfléchissons toujours aux améliorations :
• Comment développer le rappel de récit à travers le livre ? Il nous semble nécessaire d’accompagner ce rappel de récit en présentiel. Toutefois, une fois que les enfants ont pris l’habitude en classe, il est possible d’utiliser l’outil La Quizinière pour que les élèves s’enregistrent et que les enseignants récoltent les enregistrements en un seul clic.
• Comment mettre l’accent sur les états mentaux des personnages. Un exemple en MP4 ci-dessous. M.Labon exprime sa "tracasserie" à propos des souris qui se multiplient avec l’outil Chatterpix.



Vous souhaitez réfléchir à l’apport du numérique dans les enseignements, retrouvez-nous ici



 

 




Si vous souhaitez rejoindre notre groupe de réflexion et de conception de livrets numériques qui s’appuie sur la démarche de lecture pas à pas (pour enseigner la compréhension), sur le Visibiléo (pour rendre visible les processus de compréhension), sur la démarche de narramus (pour le rappel de récit et l’enseignement du vocabulaire), lectorino/lectorinette et lector/lectrix, n’hésitez pas à nous contacter. ce.ia69-cpdmdl@ac-lyon.fr



Pour découvrir comment travailler la compréhension à la lumière de l’éducation à la citoyenneté en articulant présentiel et distanciel, retrouvez-nous ici




La sieste de Moussa en bookcreator :
Une école maternelle de PS/MS/GS réfléchit à la conception de bookcreator pour retravailler "La sieste de Moussa" façon Narramus-Lecture pas à pas-Visibiléo.




pour voir d’autres exemples au cycle 2 ou au cycle 1



Et pour nous suivre sur Twitter

mdlRhône
@GroupeMdl